Artisanat pour tous

index généralcourrielconditions d'utilisationconversions

Armures fondamentales

Dans un tissu, la façon dont jouent les fils, selon l'enfilage de la chaîne dans les lisses de lève ou de baisse des lames, présente un dessin que l'on appelle armure. Pour expliquer de manière simple et précise l'apparence d'un tissu avant son tissage, la manière d'enfiler la chaîne et le marchage correspondant, les tisserands se servent d'un croquis.

Lecture d'un croquis

Pour composer cette écriture du tissage, il vous faudra du papier quadrillé. Un certain nombre de carrés sur le papier représente le même nombre de fils de chaîne. Dans la plupart des cas, votre croquis sera plus grand que l'armure réelle. Vous devrez vous habituer à faire la transposition de l'un à l'autre et visualiser mentalement l'effet obtenu.

Il existe trois genres de croquis:

  • Le croquis d'armure est la représentation graphique d'un tissu.
  • Le croquis d'enfilage ou la manière d'enfiler les fils de chaîne dans les lisses.
  • Le croquis de marchage, qui donne l'ordre de lève des lames.

Lorsque les lames se lèvent pour former une foule, les fils de chaîne enfilés sur les lisses de cette lame sont relevés. La navette est passée avec son fil de trame, la foule est changée et un autre groupe de fils est levé. Au fur et à mesure, un dessin se forme, celui que vous avez prévu et que vous réalisez maintenant en actionnant les marches ou les leviers. C'est une armure "contrôlée au métier".

En travaillant sur un métier à 2 lames ou un cadre de tissage, tous deux n'ayant que deux possibilités de foule, vous ne pouvez changer votre tissu qu'en passant différents fils de trame, suivant un dessin, ou en nouant des parties de chaîne. Ces techniques où l'on prend les fils de chaîne, séparément ou en groupe, se font à la "main", et ne sont généralement pas indiquées sur le croquis si ce n'est sur le projet.

Les trois armures fondamentales sont l'uni, le sergé et le satin. Toutes les autres en sont dérivées. En combinant certaines parties de ces armures ou deux armures complètes, on peut former des dessins entièrement différents.

Armure toile, ou uni

La plus simple des armures de métier. Nous la retrouvons chaque jours dans nos draps, nos mouchoirs, nos taffetas et nos cotonnades. L'uni ressemble au reprisage. Le fil de trame passe successivement par-dessus et par en-dessous les fils de chaîne sur toute la largeur du tissu. La deuxième passée de trame inverse le croisement en passant sous les fils qu'elle chevauchaient et sur les autres. La troisième rangée répète la première. Ainsi, le rapport d'armure, c'est-à-dire le nombre minimum de fil de chaîne et de trame est de 2 fils 2 duites. La plus petite surface du croquis qui reproduit cette répétition constitue le rapport d'armure.

En examinant le croquis, vous pouvez voir que le fil de trame n° 3 a la même position que le fil n° 1, et que le fil n° 4 celle du fil n° 2. Ainsi, il est évident que l'uni se répète tous les 2 fils, les interlignes horizontaux du croquis représentant les fils de trame et les verticaux les fils de chaîne. Si un carré est noirci ou marqué d'une croix (dépendant du choix du tisserand), la trame passe sous le fil de chaîne. Si le carré reste blanc, la trame passe par-dessus. Dans le premier cas on a un "pris", dans le deuxième, un "laissé".

L'uni peut être tissé sur un métier à 4, 8 ou même 16 lames, du moment que tous les fils impairs sont toujours levés dans une même foule et que les fils pairs sur une autre. L'armure unie est la seule qui puisse être facilement réalisée sur un cadre de tissage ou un métier à deux lames, qui n'ont que 2 possibilités de foules.

Variations sur la toile (métier à 2 ou 4 lames)

  • Rayures verticales: différentes couleurs dans la chaîne.
  • Rayures hurizontales: différentes couleurs dans la trame.
  • Passage irrégulier dans le peigne : espaces vides entre certains fils de chaîne ou resserrement de plusieurs fils.
  • Textures variées: dues à la texture des fils de chaîne ou de trame, ou des deux à la fois.
  • Effet trame: la trame recouvre, presque ou entièrement, les fils de chaîne. La tapisserie en est un bon exemple. Il y a moins de fils de chaîne que de duites par cm.
  • Variante de natté: deux duites dans le pas.

Enfilage irrégulier : sur un métier à 2 lames, un enfilage régulier ne peut donner qu'un tissu uni. Pour obtenir différents effets de tissage, vous devez concevoir un schéma d'enfilage irrégulier, tel celui présenté ici, où l'armure se répète tous les 12 fils et, s'il y a une duite par foule, toutes les 2 duites.

Sergé

Seconde armure fondamentale, caractérisée par des côtes obliques, le sergé est très apprécié et a beaucoup de variantes. Un tissage est équilibré lorsque le nombre de fils de chaîne et de duites par cm est le même. L'effet de côtes du sergé en fait un tissu qui se prête bien à la confection.

Le rapport de ce sergé est de 4 fils de chaîne pour 4 duites et doit normalement être tissé sur un métier à 4 lames. Un exemple de sergé croisé s'écrit . La côte oblique des sergés part vers la droite ou vers la gauche. Pour plus de clarté, toutes les explications données ci-dessous auront une côte oblique vers la gauche.

Variations de l'armure sergé

Sergé trame à l'endroit
La chaîne est presque entièrement recouverte. Sergé . 2 répétitions.

Sergé chaîne à l'endroit
La trame est presque entièrement recouverte. Sergé . 2 répétitions.

Sergé brisé
Même armure mais tissée sans suivre l'ordre. La diagonale du sergé est brisée de façon à obtenir un effet de texture sur l'ensemble. 2 répétitions.

Sergé inversé
Un zigzag est formé en inversant l'armure au bout de 4 duites et en partant vers la droite pour deux duites. 2 répétitions.

En plus de ces variations, vous pouvez changer complètement l'aspect du sergé en modifiant les couleurs des fils de trame ou de chaîne ou en vous servant de fils fantaisie. Les variations de l'armure même sont innombrables (losanges, triangles, chevrons, etc.).

Le satin

Si vous voulez un tissu qui présente une surface lisse et brillante, dissimulant le plus parfaitement possible les points de liage, faites un satin. Troisième armure fondamentale, le satin véritable nécessite au moins 5 lames par répétition, c'est-à-dire que le rapport minimum d'un satin régulier est de 5 fils en chaîne et en trame. Vous pouvez toutefois en réaliser une imitation sur un métier à 4 lames.

L'armure satin sert surtout à mettre la trame ou la chaîne en valeur sans pour autant donner un sens défini au dessin du tissage.

image

image

image







Cette page fait partie du site "Artisanat pour tous" © (année en cours). Toute utilisation à des fins commerciales, ainsi que l'archivage du site, en tout ou en partie, sont strictement interdits.

Le texte est subjectif. L'auteur ne se tient pas responsable des accidents qui pourraient subvenir en cas de négligence, des erreurs typographiques (ou de traduction), ou de la disponibilité des pages.
Tous les documents sont publiés ici uniquement pour des raisons éducatives et informatives. Aucune permission n'a été demandée ou accordée pour la diffusion, la traduction ou la modification des documents utilisés.




web
analytics