Artisanat pour tous

index généralcourrielconditions d'utilisationconversions

Lexique des métiers à tisser

comprend aussi les appareils de tressage



Il en existe tellement de sortes, qu'on finit par y perdre le fil de ses pensées. Que ces machines soient simples ou compliqués, fragiles ou robustes, récentes ou antiques, elles ont toutes des fonctions très spécifiques pour alléger le travail de l'artisan.



image

Métier aux élastiques

En 2010, le Rainbow Loom est inventé par Cheong Ng Choon, un immigrant Malais d'origine chinoise de Malaisie avec un diplôme d'études supérieures en génie mécanique. L'idée lui est venu quant il a vu ses filles faire des bracelets à partir de petits élastiques à cheveux. Ses doigts étant trop gros pour ces tout petits élastiques, il a songé à fabriquer un métier pour améliorer sa dextérité. Plusieurs compagnies ont maintenant repris le concept, sous différentes appellations dont "Magic Loom", "Fun Loom", "Wonder Loom", "Lovely Loom" et "Band a Loom" pour ne nommer que ceux-ci, mais tous utilisent les mêmes élastiques aux couleurs vives pour faire ces bracelets perlés, personnages connus, animaux de toutes sortes, etc. La plupart des patrons sont disponibles gratuitement en ligne.




image

Métier à bracelets d'amitié

Les bracelets d'amitié, tels qu'on les connaient aujourd'hui, datent de l'Angleterre du 19e siècle et au départ, étaient fait de fil de soie à broder avec la technique du macramé. La version des années 70 s'inspirait de motifs Sud-Américains et utilisait soit du fil de soie, de coton, de chanvre. La version du 21e siècle utilise également des fils de plastique aux couleurs vives et un petit métier qui retient la tension des fils pendant le tissage.




image

Tissage aux baguettes à main

Il ne permet que de petites pièces mais il est le plus rapide des tissages. Il convient fort bien aux petites mains, mais son inconvénient est qu'on ne peut utiliser que le nombre de baguettes que l'on peut tenir dans une main. On en fait des ceintures, des ganses, des bretelles, etc.




image

Tissage aux baguettes avec support

Une version sur planchette du précédent, avec les trous un peu plus haut sur les baguettes, permet un tissage plus large ou l'utilisation d'un fil plus gros. Bien qu'il ressemble au tricotin, son utilisation est nettement plus rapide que ce dernier car il utilise des fils de trame et de chaîne comme un métier à tisser et non pas un seul fil "tricoté" comme le tricotin.




image

Métier à tisser pour enfant

Il ne permet que de petites pièces mais celles-ci peuvent être assemblées par la suite en grafting ou par couture.




image

Métier à main

Ce métier carré n'est pas le premier tenu à la main mais depuis sa création dans les années 30, il a été très populaire à cause de la disposition de ses clous trois par trois qui facilitait le travail et évitait bien des erreurs. Ils ont été faits tout d'abord en bois puis en plastique et comptaient 4 formats différents de 2 po. de côté jusqu'à 4. L'intérêt pour ce métier s'essouffla dans les années 70.




image

Métier à disques pour tapis

Cette invention américaine du début du 20e siècle est utilisée pour convertir de vieux chiffons en tapis et autres accessoires de maison. Des bandes de tissus étaient enroulées autour de l'axe du métier de plastique. L'exemple sur la droite montre les lignes de couture qui tiennent le tissu en place. Les disques terminés étaient ensuite cousus ensemble pour former un hexagone.




image

Métier à tissus pour tapis

Ce métier repliable utilise deux balles de ficelle pour tenir des bandes de 3 po. par 1/2 po. de tissu. Le livret d'instruction recommande de la laine ou des vieux chiffons de coton, des bas de soie ou des sous-vêtements. La longue bande est ensuite cousue pour faire un tapis.




image

Métier hexagonal

Conçu dans les années 80 pour la création rapide de napperons, ce métier hexagonal est fait en pin blanc, en chêne rouge ou en plastique et comporte des pièces interchangeables.




image

Métier à patchwork

Ces métiers triangulaires et carrés servent à tisser des pièces de taille identique servant par la suite à être réunies en édredons. Contrairement au patchwork utilisant des morceaux de tissus usagés cousus ensemble, ces métiers à tisser utilisent les restes de fils de la maison.




image

Métier à sous-plats

Ce métier, souvent vu dans les classes d'enfants dans les années 60, sert à créer des sous-plats faits à partir de bandes circulaires qu'on entrecroisent avec un crochet spécial. Autrefois, les bandes dont on se servaient provenaient des usines de fabrication de chaussettes. Le plus gros problème étant que ces bandes venaient en tailles différentes, il y avait des pertes. Maintenant, les bandes (coton ou nylon) sont vendues spécialement pour ce métier, en couleurs vives, et sont toutes d'égale longueur. Ce métier se retrouve en plastique (moulé ou en 4 morceaux assemblables) ou en métal. On l'appelle aussi métier à boucles car c'est ce qu'il utilise.




image

Métier à cadres

Ce métier à tapisserie est le plus souvent disponible en petits formats, convenant aux enfants et aux débutants. Il est peu dispendieux mais nécessite un assemblage.




image

Métier à perles

Ce métier permet de tisser, sur des fils tendus, des perles de tailles identiques, en bandes plus ou moins larges, la largeur maximale étant déterminée par la largeur utilisable du métier. Une aiguille fine est employée pour passer dans les perles en un va-et-vient continu, de la mème façon qu'on tisse la trame d'un métier à tisser conventionnel.




image

Métier triangulaire

Le montage se fait d'un fil continu en va-et-viens, des coins au centre et de haut en bas. Ce métier permet de faire des châles rapidement (2,80 m de long en un jour) et peut utiliser des restes de laines. En créant plusieurs pièces triangulaires, il est possible de les réunir en afghans, nappes, écharpes ou ponchos.




image

Métier à galons

Ce genre de métiers est conçu pour tisser des bandes de plusieurs mètres de long pour des articles tels que des ceintures, des bandes décoratives pour vêtements, des signets, des bandeaux pour les cheveux, etc. Il est toujours possible de faire des morceaux plus larges en cousant plusieurs bandes ensemble.




image

Métier à tapis bouclé

Ce métier ajustable, à bandes de clous (protégées par des bandes de plastique lorsque non utilisées) créé par la compagnie canadienne Phentex pour l'utilisation spécifique de ses fils "3 brins", sert principalement à tisser des tapis bouclés. Toutefois, les instructions indiquent que des vêtements, jouets, murales, tapis de bain, chaussettes et autres accessoires peuvent être faits à partir de cet appareil. L'aiguille-poinçon utilisée peut s'ajuster pour faire 5 longueurs différentes de boucles. Le métier de 24 x 36 po. se démonte sans problème et ne prend que peu de place pour son entreposage. L'aiguille-poinçon est vendue dans une boîte à part et il arrive souvent qu'on trouve l'un sans l'autre. Notez que le métier et l'aiguille-poinçon ne sont plus disponibles chez Phentex.




image

Métier papillon

Cet appareil de bois tenu à la main vient en plusieurs formes. Contrairement au métier à fleurs du tricot, celui-ci ne requiert qu'une aiguille pour fixer les boucles, et permet aux gens souffrant d'arthrite de tisser de nouveau.




image

Ayatakedai

Appareil de tissage japonais qui donne des tresses plates, similaires à celles faites en tissage aux cartons.




image

Kakudai

D'origine japonaise, cet appareil carré, servant à faire du tressage, requiert l'utilisation de fils tordus très serré. Il produit des tresses rondes, carrées ou ovales. Le bout de la tresse terminée est tiré vers le haut à l'aide d'une poulie.




image

Appareils de kumihimo

Le kumihimo étant le tressage japonais; kumi voulant dire tresser, et himo, corde; différents appareils servent pour la confection de tresses plates ou rondes. Le support traditionel, nommé marudai (support rond, images de gauche sur la photo au-dessus), est en bois, mais il existe des formes plus modernes, en disques ou en carrés, pour créer des cordelettes. Par contre, ces petits formats, bien qu'ils permettent le transport et le tressage en tout temps, peut également effilocher les fils, réduire la constance de tension, est difficile d'emploi avec beaucoup de fils et plus lent à travailler dans un tel cas.




image

Takadai

Ce métier à tresser japonais ne fait que des tresses plates, qui peuvent être simples ou doubles, avec des motifs très compliqués.




image

Métier de haute lisse traditionnel

Ce métier "debout" est habituellement très grand, car il sert aux tapisseries comme au Moyen-Âge. Les fils de chaîne ne sont pas fixés à un cadre mais étirés grâce à des poids pour garder une tension constante.




image

Métier de basse lisse traditionnel

Contrairement à la haute lisse, avec le métier de basse lisse, la chaîne se trouvant tendue sur un plan horizontal, habituellement autour de la taille de la tisserande, le tissage se fait de façon horizontale. Ce métier est encore utilisé de nos jours pour les tapisseries. Par exemple, ils sont une attraction touristique au Guatémala. Ces métiers ont été faits en différents matériaux au fil des siècles, dépendant de ceux facilement disponibles dans la région. Habituellement, ils sont en bois mais on en trouve aussi en bambou ou en os, et dernièrement, on a vu l'apparition de métiers en tuyaux de PVC.




image

Métier à tapisserie

Ce métier garde la tradition des anciennes tapisseries faites à la verticale, où il est possible de travailler autant sur une table que sur le sol. Contrairement aux métiers traditionnels, les métiers modernes ont presque tous un angle ajustable pour plus de confort pendant le travail.




image

Métier à 2 lames

Le plus économique des métiers conventionnels, il est surtout utilisé par les débutants ou les enfants, car il est facile d'apprentissage. Il est l'équivalent des plus gros métiers où seulement deux des lames sont utilisées.






image

Métier à tisser de table

Aussi fragile et compliqué que le métier à tisser conventionnel, le métier de table a l'avantage de pouvoir être entreposé entre les travaux ou même pendant ceux-ci. Il donne de petites surfaces tissées, qui peuvent être cousues ensemble. Son inconvénient premier est le petit nombre de lames comparé au gros modèle, ce qui réduit les fantaisies de textures, mais non de couleurs.




image

Métier à tisser conventionnel

Gros, encombrant et dispendieux, il est de plus en plus rare dans nos foyers. Pouvant atteindre 2 mètres cinquante de largeur, dans les modèles pour deux tisserands, il permet de grands travaux, tels tentures, couvre-lits, nappes et grands pièces de tissu tissé pour la couture.





image

Lucet

Appareil de tressage de cordonnets carrés, fait en bois, métal, os ou cuir rigide, dont l'origine remonte aux Vikings et qui fut introduit dans toute l'Europe au 16° siècle. Avant l'invention des attaches métalliques et même l'usage courant des boutons, les vêtements étaient attachés avec des cordons, d'où l'usage très répendu de cet appareil.





image

Tissage au cerceau

Ce n'est pas tant un métier qu'une technique utilisant un cerceau quelconque, soit de plastique ou de métal qu'on trouve à la maison. Le cerceau d'exercice en plastique rigide, par son grand diamètre, permet de faire des tapis lorsqu'on l'enlève du cerceau, mais on peut également garder le cerceau avec le tissage pour une décoration murale. De petits cerceaux permettent également de créer des bijoux, des sous-plats, etc.







Cette page fait partie du site "Artisanat pour tous" © (année en cours). Toute utilisation à des fins commerciales, ainsi que l'archivage du site, en tout ou en partie, sont strictement interdits.

Le texte est subjectif. L'auteur ne se tient pas responsable des accidents qui pourraient subvenir en cas de négligence, des erreurs typographiques (ou de traduction), ou de la disponibilité des pages.
Tous les documents sont publiés ici uniquement pour des raisons éducatives et informatives. Aucune permission n'a été demandée ou accordée pour la diffusion, la traduction ou la modification des documents utilisés.

Les illustrations sont ici à titre éducatif seulement. Aucune aide ne sera donnée pour trouver ces articles.



web
analytics